• Les yourtes face au lac de Song-Kol
  • Quelque part à cheval dans les montagnes du Kirghizstan
  • Banquet de l'Aïd dans la yourte

La chevauchée fantastique

Classé dans : Kirghizstan | 4

C’est au village de Kyzart, près de Kochkor,  que commence notre excursion à cheval. Nous partons pour quatre jours, près du lac de Song-Köl, à la rencontre des familles semi-nomades. Les bergers kirghiz y passent leurs étés dans les « jailoos » (pâturages d’altitude) avec leurs troupeaux, s’abritant dans des campements de yourtes.

Mon petit poney, emmène-moi dans ton pays magique

Nous enfourchons nos chevaux au village de Kyzart. Notre guide, Azkat, est un jeune étudiant très peu loquace. Il ne nous donne aucune indication quand à la maîtrise des chevaux. Cela est peu rassurant. Ne connaissant pas le nom de nos chevaux, Romain appelle le sien Léon et Sophie, Petit Tonnerre. Ils ne sont pas aussi enthousiastes que nous, ils connaissent le chemin par cœur et en sont quelque peu lassés. Au début nous avons du mal à les prendre en main. Léon est particulièrement difficile et s’arrête constamment pour manger.

Randonnée à cheval au Kirgizstan
Quelque part à cheval dans les montagnes du Kirghizstan
Sophie et son cheval au Kirghizstan
Sophie et Petit Tonnerre
Romain et son cheval recalcitrant
Léon fait son boudin
Toilettes isolées près des yourtes
L’appel de la nature
Yourtes kirghizes
Yourtes kirghizes
Sophie joue du ukulélé dans les montagnes kirghizes
Sophie joue du ukulélé partout

La première journée est plutôt tranquille, nous nous laissons guider par nos chevaux, bercés par le bruissement des cours d’eau et admirant les vallées et les collines sous un beau ciel bleu. Un moment magique ! Le lendemain, le temps se gâte. La pluie et un vent glacial s’abattent sur nous. Nous prenons de l’altitude et les chevaux peinent à grimper, refusant parfois d’avancer. Grelottant de froid, nous atteignons tant bien que mal le col de Ozbek ashuu à plus de 3500 mètres d’altitude. Nous avons une vue magnifique sur le lac de Song-Köl. Nous essayons de profiter des paysages malgré les conditions difficiles. Le lac et les campements se trouvent non loin, à 3000 mètres d’altitude.

Nous nous sentons de plus en plus assurés sur les chevaux à tel point que Romain oublie de se méfier de son cheval et lâche régulièrement la bride. Soudain Léon part brutalement au galop lorsqu’il entend un bruit qui l’effraie. Romain chute avant d’avoir le temps de réagir. Heureusement il tombe sur de l’herbe assez molle et n’a rien de cassé.

Yourte nature

Nous nous arrêtons dans les yourtes pour faire des pauses déjeuner ou passer les fins de journées. A chaque escale, notre premier réflexe est de nous blottir sous  d’épaisses couvertures ou de nous réchauffer près des poêles. Mais le meilleur moyen de se réchauffer reste tout de même la bouteille de « Calvados de Bichkek » que nous partageons pendant les repas. Une bouteille que Romain a trouvé dans un petit supermarché à Bishkek pour l’équivalent d’un euro. Nous en profitons pour trinquer aux 100 jours passés sur la route depuis notre départ.

Arrivée au lac de Song-Kol
Arrivée au lac de Song-Kol
Les yourtes face au lac de Song-Kol
Les yourtes face au lac de Song-Kol

Les yourtes sont colorées et joliment décorées. Azkat nous explique qu’il ne faut pas plus d’une heure et de dix bras pour construire une yourte. Les enfants, habitués au touristes, réclament systématiquement nos smartphones et appareil photos pour jouer avec. Les jeunes adultes quant à eux, ne se plaisent pas vraiment dans les montagnes. Les conditions de vie dans les jailoos sont rudes. Il fait froid, il n’y a pas d’électricité, pas d’animations et les toilettes se résument à une cabane au dessus d’un trou. Quant à la douche, ce n’est pas la peine d’y penser !

Salle de bain
La salle de bain

En revanche, nous goûtons à différents plats kirghiz, plus ou moins étranges. Les plats habituels sont le kesme et le beshbarmak, des plats à base de nouilles et de bouillons de légumes et de pommes de terre.  Nous goûtons également la boisson national, le koumis (du lait de jument que l’on laisse fermenté dans de grands tonneaux), et au kurut (des boulettes de yaourt séchées). Même pour un Normand, ces produits sont un peu forts !

Le lac de Song-Kol par mauvais temps
Le lac de Song-Kol par mauvais temps
Lac Song Kol le soir
Lac Song Kol le soir

Le jour de l’Aïd, nous avons droit à une table joliment décorée avec des gâteaux, des bonbons et plusieurs mets différents, dont un plat de poissons venant directement du lac. Pour cette journée marquant la fin du ramadan, les familles ont coutume de se rendre visite et de s’offrir des friandises. Pour notre part, nous avons la visite de trois jeunes garnements bien agités. Nous passons pas mal de temps à jouer avec eux même si nous ne parlons pas la même langue. Il y a parfois quelques incompréhensions :  par exemple  lorsque l’aîné des garçons veut s’adresser à Romain il crie : « Ukulélé ! Ukulélé !  » . Ils empruntent aussi nos chevaux pour s’amuser. Ils sont beaucoup plus habiles que nous !

Banquet dans la yourte
Banquet de l’Aïd dans la yourte
Les petits voleurs de chevaux
Les voleurs de chevaux

Après le dîner, toute la famille se rassemble dans la yourte principale. Sophie essaye de jouer au durak avec eux, un jeu de carte russe, mais les règles sont bien compliquées.

Les enfants dans la yourte
Les enfants dans la yourte

La nuit nous dormons sur des matelas et sous d’épaisses couvertures, tellement lourdes que nous avons du mal à bouger et à nous retourner. Nous nous endormons bercés par le bruit des vagues sur le lac de Song-Kol, en espérant tout de même que le vent se calme. Au petit matin, rien de plus agréable que de se réveiller devant cet immense étendue d’eau scintillante au pied des montagnes !

jeune kirghiz
Jeune kirghiz
En haut du col lors du retour
En haut du col lors du retour
Retour trek à cheval au lac Song Kol
Retour du trek à cheval

Bien que nous ayons adorés ces quelques jours, cette excursion n’en était pas moins exténuante. De retour à Kochkor, nous prenons d’agréables « louches chaudes » (dans notre maison d’hôte la salle de bain est à la mode russe : des bacs d’eau dans lesquels on plonge une louche pour se laver).

Nous retournons ensuite quelques jours à Bishkek pour nous reposer et laver toutes nos affaires crottées. Nous récupérons nos visas chinois et Romain retrouve sa barbe ;o)

Le cirque de Bishkek
Le cirque de Bishkek, héritage de la période soviétique

 

C’était la première fois que :

  • nous dormions dans des yourtes
  • nous étions chauffés à la bouse de vache
  • nous goûtions au lait de jument fermenté
  • Romain faisait une chute de cheval
  • nous fêtions l’Aïd

 

 

4 Responses

  1. romain

    J’ai toujours autant de plaisir à venir sur votre blog et à admirer vos photos !! Vous me donnez envie de partir découvrir ce pays !! Comment avez-vous pu dormir dans des yourtes ??

    • Romain

      Salut Romain.
      Pour notre trek à cheval nous avons fait appel à l’une des agences spécialisées dans la petite ville de Kochkor. Elles proposent toutes des treks à cheval ou à pied avec nuit chez l’habitant. Et autour du lac, les seuls habitants sont des familles nomades qui vivent l’été dans des yourtes.
      Cela fait un revenu complémentaire pour ces familles d’éleveurs.
      Et on dort très bien dans une yourte 🙂

      • romain

        Génial !! Merci de ta réponse Romain !! 🙂
        J’ai pris des billets pour l’Ouzbékistan, mais je passerai probablement une semaine au Kirghizistan 🙂
        Bonne continuation !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *