Gros pétards, mariachis et fourmis grillées en Colombie

Classé dans : Colombie | 0

Au coeur de Villa de Leyva, petite bourgade paisible située dans les montagnes de la Cordillère Orientale, les villageois se sont rassemblés sur la place de l’église. Des feux d’artifices fusent vers le ciel ; les cloches de l’église résonnent par dessus le brouhaha de la foule, les camions ornés de guirlandes clignotantes défilent vers la place en klaxonnant, les policiers soufflent dans leur sifflet en essayant de maintenir l’ordre, des groupes de mariachis s’accordent et s’apprêtent à jouer. Pendant ce temps, tranquillement, un vieil homme allume nonchalamment la mèche de fusées à l’aide de sa cigarette, nullement impressionné ni par le bruit, ni par la traînée de feu que produit la roquette à son envol.

Villa_de_Leyva_feux

Boum ! Pataboum ! Fffffiooouuuuu ! Boooouummm !

La petite ville de Villa de Leyva a été fondée en 1572 par les colons espagnols. Elle accueillait les militaires espagnols pendant plusieurs années. Perchée à plus de deux mille mètres d’altitude et cernée par les montagnes, c’est aujourd’hui un lieu paisible et calme, où il est agréable de flâner à travers les ruelles pavées en admirant ses grandes églises et ses magnifiques villas. Les maisons, aux façades blanches, aux portes en bois massifs et recouvertes d’un toit rouge, s’alignent en harmonie.

Ce sont nos premiers jours dans le pays et comme beaucoup d’étrangers nous nous demandons si voyager en Colombie peut être dangereux. Notre logeur aura vite fait de nous rassurer : « Villa de Leyva est aussi sûre qu’un village suisse » nous répond-t-il avec un large sourire.

Nous avons la chance d’arriver pendant les « Fiestas de la Virgen de Carmen », un festival qui durera toute une semaine en l’honneur de la vierge de Carmen, patronne de la ville et des routiers. À cette occasion, la « plaza major », la plus grande place du pays est complètement transformée et prend des allures de parc d’attractions. De nombreux jeux et manèges sont installés pour les enfants. Deux immenses écrans diffusent en boucle des clips osés à seulement quelques pas de l’église.

Sur la place, on vend toutes sortes de sucreries étranges telles que le « bocadillo veleño », une confiserie à base de goyave et de panela, qui se déguste… avec du fromage ! Ici tout s’accompagne de fromage, que ce soit le chocolat au lait chaud ou les croissants. Romain ne peut s’empêcher de goûter un « besito de la novia » (bisou de la mariée), une friandise à base de meringue. Ce festival est aussi pour nous l’occasion de découvrir quelques plats locaux comme la « lechona », un porc entier fourré avec du riz, des petits pois et d’autres légumes. C’est délicieux !

Villa_de_Leyva_vieux

Villa_de_Leyva_marche

Les matins ont lieu les processions de la Vierge Marie : des pénitents, vêtus de longues tuniques blanches et marron, portent péniblement la statue de la Vierge Marie. Des écoliers en uniforme, suivis d’une fanfare, ouvrent la marche. Les fidèles, en habit du dimanche, se rassemblent près du cortège et accompagnent la procession autour de la place en essayant de prendre des selfies.

Les soirées quant à elles sont plus festives : chaque soir, défilés de camions, feux d’artifice et concerts sont au rendez-vous. Les mariachis, coiffés de grands sombreros, nous font danser jusqu’au bout de la nuit.

Villa_de_Leyva_procession

Villa_de_Leyva_camion

Villa_de_Leyva_artifice

Un petit village vieillot

Nous passons également quelques jours à Barrichara, un autre village paisible qui parait vivre au ralenti. Il est situé au cœur des montagnes, au nord de Villa de Leyva. Plus récent que celui-ci, il est tout aussi charmant. Nous nous promenons le long de ses maisons blanches et orangées. Ses rues pavées de grosses pierres lui donnent un cachet unique. Nous grimpons jusqu’à l’église de Santa Barbara qui, surplombant le village, semble veiller sur sa tranquillité.

Barrichara_rue2

Barrichara_travailleur

Barrichara_petit_vieux2

Barrichara_eglise

Barrichara_vitrail

Romain continue sa découverte de mets locaux en dégustant des « hormigas culonas » (fourmis au gros cul), une spécialité de la région.

Barrichara_hormigas

Alors Gringo, il est pas beau mon pays ?

Nous avons voyagé plus d’un an en Asie. Chaque pays était un émerveillement. Nous y avons vécu des moments uniques, échangé tant de sourires, découvert des cultures fascinantes et contemplé des paysages incroyables. Notre aventure en Amérique latine sera aussi passionnante ? Sera-t-elle à la hauteur de nos attentes ? Vivrons-nous le voyage tel que nous l’aimons ?
Ces quelques jours passés dans les paisibles villages colombiens ont vite fait de nous rassurer : culture, passé colonial, plats délicieux, peuples métissés, festivités, histoires précolombiennes… nous avons tellement de choses à découvrir, à explorer, à apprendre ! L’Amérique latine, c’est un nouveau voyage qui s’offre à nous.

Barrichara_croix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *