• Amoureux à Suzhou
  • Amoureux sur la muraille
  • Un petit air de Venise

A la recherche des plus belles femmes de Chine

Classé dans : Chine | 0

Les villes d’Hángzhōu et de Sūzhōu, proches de Shanghai, détiennent le titre de villes les plus romantiques de Chine. Elles sont également réputées pour la blancheur et la beauté de leurs femmes. Intrigués, nous sommes partis vérifier par nous mêmes.

A Nanjing, on s’amuse, on pleure, on rit, il y a des méchants et des gentils…

Notre étude commence à Nanjing, la « capitale du sud ». Bien qu’apparaissant comme une ville assez calme aujourd’hui, c’est un des lieux les plus importants de l’histoire chinoise.

Elle fut à de nombreuses reprise capitale de l’empire. Au XIVème siècle, sous les Ming, elle était la plus grande ville du monde et ses remparts étaient les plus puissants et les plus longs (35 km). Au XIXeme siècle, elle fut la capitale du royaume Taiping (révolte paysanne aux influences chrétiennes). La lutte entre les Taiping et l’empire Qing provoqua la guerre civile la plus meurtrière de l’histoire (entre 20 et 30 millions de morts). Elle est le lieux où a été signé le traité entre les puissances occidentales et l’empire chinois suite à la première Guerre de l’Opium. Elle est la ville où Sun Yat Sen, déclara la République de Chine. Elle a également été capitale de la République de Chine sous Tchang Kaï-chek et l’est encore bizarrement, Taipei étant « la capitale guerrière ». En décembre 1937, après avoir conquis la ville, l’armée japonaise procède à des massacres et des viols qui ont fait entre 200 000 et 300 000 victimes.

Autant dire qu’en parcourant les événements de Nanjing, vous avez un aperçu d’une bonne partie de l’histoire de la Chine. Dynasties d’empereurs sans pitié, révoltes, trahisons et massacres à grande échelle. A côté Games Of Thrones c’est Le Pays de Candy.

Nous essayons de découvrir la ville sans nous laisser impressionner par ce lourd passé. La cité conserve comme héritage de l’histoire une muraille impressionnante, des ruines de palais Ming, un grand lac en son centre, et l’impressionnant mausolée de Sun Yat Sen.

Muraille Ming de Nanjing
Muraille Ming de Nanjing
Amoureux sur la muraille de Naning
Amoureux sur la muraille
Sages à Nanjing
Dites cinq fois très vite : « Il singe un sage »
Une jolie fille à Nanjing
Une jeune fille posant pour les photographes
Le jeu du lancer de pièce dans un temple de Nanjing
Le jeu préféré des chinois dans les temples : lancer une pièce dans un endroit inaccessible
Statue de sage bouddhiste à Nanjing
Les statues des sages bouddhistes ont parfois de drôles de postures.

 

Suzhou, la cité des jardins et des canaux

« Il y a le paradis au ciel. Sur terre, il y a Suzhou et Hangzhou. » (上有天堂,下有苏杭)
— Chaoying, poète de la dynastie Yuan (1279-1368)

Suzhou est la ville des jardins et des canaux. Réputée pour la délicatesse de ses écoles artistiques, de son atmosphère et même de son dialecte local, la ville a de tous temps attiré de nombreux artistes. Elle aurait été surnommée la Venise d’Orient par Marco Polo qui comparait sa beauté à sa ville natale.

Notre premier contact avec Suzhou est un chauffeur de taxi bougon. Lorsque nous lui indiquons l’adresse de l’auberge que nous avons choisi, il fait non de la tête puis se met à marmonner l’air mécontent. Pendant le trajet il ne cesse de parler tout seul comme si la fatalité s’abâtait sur lui. Il nous dépose malgré tout non loin de notre destination : la rue piétonne de Píngjiāng Lù.

C’est le coin idéal pour une promenade. La rue est bordée d’un côté par de charmantes boutiques et de l’autre par un petit canal sur lequel évoluent doucement des gondoles chinoises.

Amoureux à Suzhou
Amoureux à Píngjiāng Lù
Gondoles à Suzhou sur pingjiang-lu
Gondoles à Suzhou
PRomenade sur Píngjiāng Lù à Suzhou
Promenade sur Pingjiang Lu
Gondole sur un canal de Suzhou
Un petit air de Venise

Non loin on trouve une salle de spectacle de pingtan, où nous regardons,  au milieu de retraités,  deux comédiens se donner la réplique en dialecte local. Nous partons à l’entracte, au bout d’une heure, car tout cela est un peu obscur pour nous.

Spectacle de pingtan à Suzhou
Spectacle de pingtan: deux acteurs qui jouent des instruments puis s’engueulent en dialecte Wu
Musée du Kunqu
Statue de Wei Langfu au musée du Kunqu, l’opéra régional

Suzhou est également réputée pour ses jardins, on en trouve plus deux cents. Le Jardin de la Forêt du Lion est aménagé de pierres aux formes biscornues censées rappeler celles de félins.

Touristes dans le Jardin de la Foret du Lion
Touristes chinois dans le Jardin de la Foret du Lion

Nous abandonnons pendant une soirée notre étude pour tester le bar à chats de Suzhou. Rien de typiquement chinois ici, juste la marque de l’embourgeoisement d’une partie de la population. Mais Romain a bien aimé jouer avec ces gros chats aux faces écrasées.

Au bar à chats de Suzhou
Au bar à chats de Suzhou, le paradis des bêtes à poils

 

Hangzhou, la ville des femmes porcelaines

Hangzhou est la ville la plus romantique de Chine. Tous les chinois que nous avons rencontré nous l’ont sur-vendu en nous disant qu’il fallait absolument y aller. On nous a aussi dit que c’était la région où les femmes avaient la peau la plus blanche et donc, pour les chinois, étaient les plus belles. Des poèmes ont été écrits pour louer leur beauté.

Malheureusement la météo est terrible lors de notre passage, et nous abandonnons rapidement l’idée de visiter la ville sous des trombes de pluie. Pour nous rattraper, voici comment nous l’imaginions suite aux descriptions que nous avons entendu :

Jeunes filles dans un près
Hangzhou telle qu’on l’imagine

 

Ce voyage au pays du romantisme chinois fut rafraîchissant même si nous n’avons pas atteint notre objectif. A défaut d’avoir trouvé avec certitude les plus belles femmes de Chine, nous avons en tout cas pu passer quelques jours dans les villes les plus élégantes du pays.

C’était la première fois que :

  • nous entrions dans un bar à chats

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *